Réduction du bruit en néonatologie

Les bébés prématurés sont souvent soumis à des niveaux sonores élevés et dommageables à l’hôpital. L’unité de néonatologie de l’hôpital universitaire d’Umeå, dans le nord de la Suède, offre un bon exemple d’approche alternative.
Healthcare

Les bébés prématurés, avec leurs cerveaux en croissance, sont particulièrement sensibles aux bruits forts. Malgré cela, les services de néonatalogie génèrent souvent beaucoup de bruit venant de l’équipement, des alarmes et des voix adultes. De plus, un incubateur vibre comme un tambour, renforçant les sons de l’extérieur », explique le Dr Johannes Van den Berg, spécialiste en soins infirmiers néonatals,” nous explique le Dr Johannes Van den Berg, spécialiste en soins infirmiers néonatals à l’hôpital universitaire d’Umeå, dans le nord de la Suède.

Les néonatalogies sont des endroits bruyants –  et tout ce bruit va directement dans les oreilles sensibles des petits bébés prématurés. Il provoque des changements dans la fréquence cardiaque et la pression artérielle, et les enfants dorment moins profondément et oublient de respirer, ce qui affecte l’oxygénation. Dans leur état physique fragile, ceci qui peut conduire à des conséquences graves comme une hémorragie cérébrale.

Probablement l’exemple le plus extrême de l’exposition au bruit est le transport de bébés prématurés par service ambulancier aérien - hélicoptère ou avion - pour recevoir des soins d’urgence.

format_quote

Imaginez avoir un vieil aspirateur à moins d'un mètre de votre oreille

Ils sont exposés à des niveaux de bruit de l’ordre de 90 décibels. Imaginez avoir un vieil aspirateur à un mètre de votre oreille - et nous ne parlons que de 80 décibels », explique Johannes Van den Berg, s’arrêtant un instant. “Les adultes de l’équipe de transport portent un casque sur les oreilles, mais les oreilles du bébé sont souvent sans aucune protection dans l’incubateur.” 

Des études ont montré que les niveaux de bruit dans les néonatologies se situent entre 55 et 89 décibels (dB (A)), soit beaucoup plus que la limite de 45 décibels recommandé par L’Académie Américaine de Pédiatrie (American Academy of Pediatrics). Pour les enfants qui ont séjourné dans une néonatologie, en soins intensifs (USI), le risque de déficience auditive permanente est bien plus élevé que pour les autres enfants.

L’USI de néonatologie de l’hôpital universitaire d’Umeå a pris en compte ces données lors de sa rénovation en 2010. La nouvelle unité est spacieuse, hygiénique et, beaucoup plus confortable d’un point de vue acoustique pour les bébés prématurés. 

L’ancienne unité hébergeait en principe trois à cinq enfants, avec leurs parents, les équipements et les systèmes d’alarme, dans un espace de 35 mètres carrés. Il convient également de rappeler que les parents conversaient souvent entre eux à travers la pièce. “Le plafond en tôle dans l’ancienne unité réfléchissait le son, augmentant ainsi considérablement le niveau de bruit déjà élevé », note Johannes Van den Berg.

Dans la nouvelle unité, qui mesure 86 m2, chaque enfant et sa famille sont logés dans un espace cloisonné, avec un plafond acoustique absorbant les sons. Les éléments de l’équipement qui ont tendance à produire de fausses alarmes ont été supprimés, et le reste de l’équipement est placé aussi loin que possible des oreilles de l’enfant. 

Les bureaux administratifs et le centre d’hébergement sont situés le plus loin possible de l’unité. Les patients externes et autres visiteurs ne passent plus devant la néonatalogie. L’unité a également revu ses procédures, associant soins et examens des nourrissons afin de minimiser l’impact et accorder à l’enfant encore plus de repos.

Nous constatons que les niveaux de bruit dans notre unité ont chuté de façon spectaculaire, et le personnel est maintenant moins stressé », précise Johannes Van den Berg 

Watch Johannes Van den Berg's lecture on acoustics in neonatal care:

 


Source: 
Dr Johannes Van den Berg 

Texte: Fredrik Sieradzki 

Photo: Elin Ohlsson and Johannes Van den Berg